HABITAT PARTICIPATIF PAU
Nouveau projet immobilier à Pau en habitat participatif

Stéphane Gruet, architecte
et Docteur en philosophie, AERA


L’AERA Actions, Etudes et Recherches sur l’Architecture, l’Habitat et la Ville c’est quoi ?

Une association créée en 1992, par quelques architectes et étudiants en architecture pour réveiller la conscience des milieux de l’architecture (universitaires & professionnels) et lutter contre cette tendance à se fermer sur soi-même. Aujourd’hui l’AREA a la volonté de faire la ville autrement, construire, habiter, penser les lieux du vivre ensemble. Elle fait également de la médiation culturelle sur les questions touchant à l’habité et au vivre ensemble dans le domaine de l’architecture et la ville, de l’innovation dans l’habitat dans la perspective du développement durable et du développement durable.

Votre rôle au sein du COL ?

C’est un rôle d’accompagnement des habitants, des maîtres d’ouvrage et des architectes dans les démarches d’habitat participatif. On accompagne tout ce petit monde techniquement, on les guide, on les conseille, on met à leur disposition des méthodologies et on apprend aux professionnels à faire et penser leur métier différemment. Nous travaillons avec le COL dans une relation de partenariat très étroit. Il y a une sorte d’exclusivité.

L’habitat participatif : une nouvelle façon de vivre ensemble ?

Nous sommes aujourd’hui confrontés à des exigences de développement durable, de se rapprocher, de faire des économies d’énergie, de construction. Avec l’habitat participatif, le groupe d’habitants programme ensemble de façon très accompagné leur ensemble d’habitat. Tout ce que l’on gagne à mettre en commun, il faut le faire. A partir du moment où les gens s’approprient leur quartier, ils sont heureux parce qu’ils ont contribué à sa conception. Ainsi une vraie vie sociale s’instaure, une vie de quartier populaire mixte mais auquel les gens sont attachés. La mixité ne se décrète pas. Il faut, bien sûr, fixer des objectifs d’intérêt public, mais pour susciter ces mixités qui font la ville, il faut favoriser l’implication d’acteurs nombreux et divers à plus petite échelle et aller beaucoup plus loin, notamment en développant les programmes d’habitats participatifs. Pour répondre à la complexité de la vie sociale, il faut travailler avec elle. L’urbanité est à ce prix.